L'escroquerie intellectuelle et financiere covid 19 cuvee 2020 est le remake de l'escroqurie H1N1 de 2010.
A cette epoque ; Bachelot ministre de la sante achete pour 94 millions de dose d'un vaccin steryle pour une fausse pandemie n'ayant pas fait plus de victime sur toute la planete qu'une grippe saisonniere n'en fait chaque annee uniquement en France !
Elle fait vacciner 5 millions de naifs mais doit annuler la moitier de sa commande car le scandale commence a ce connaitre. Presque 45 millions de doses restantes sont donc detruites. Cours de l'escroquerie uniquement pour la France : 400 millions d'Euros.
Sous l'escroquerie covid cuvee 2020 Bachelot est aujourd'hui ministre de ... la culture !

 

Rapport de l'Assemble Nationale :
Escroquerie par la terreur organisee, manipulation de la population, corruption a tous les niveau, les pratiques mafieuses de Big Pharma... Tout y est).
                        CLIC

Rapport de la Cours des Comptes :
Detail de l'escroquerie de 400 millions d'euros
                        CLIC

L'escroquerie Covid a coute en 2020 :
100 milliards d'euro +100 autres milliards d'euro de pret aux entreprises et aux auto-entrepreneurs mais comme ces pret seront inrembourssable la note des de 200 millions d'euros.

Les dépenses prévues liées à la crise du Covid-19 ressortent à 86 milliards d'euros pour 2020, avec les 20 milliards d'euros de dépenses supplémentaires prévues dans le quatrième budget rectifié. Il y a d'abord les dépenses exceptionnelles de santé, évaluées à près de 12 milliards d'euros. Elles regroupent les achats de matériels ou encore la rémunération des personnels soignants.

Mais le gouvernement a surtout déployé un arsenal de mesures de soutien à l'économie, quasiment à l'arrêt durant le premier confinement et de nouveau freinée par le reconfinement. Le dispositif le plus coûteux est la prise en charge du chômage partiel, budgété à plus de 34 milliards d'euros, dont une partie est prise en charge par l'Unédic. Près de 23 milliards ont déjà été dépensés. Vient ensuite le fonds de solidarité, créé pour aider les petites entreprises et les indépendants, dont le montant budgété s'élève à 19,4 milliards d'euros, même si la totalité ne sera peut-être pas dépensée.

Le gouvernement a aussi décidé d'exonérer de cotisations sociales les entreprises des secteurs les plus touchés (hôtellerie-restauration, culture, évènementiel, etc.), ce qui représente un manque à gagner pour les finances publiques d'environ 8,2 milliards d'euros. A ce stade, les demandes effectivement transmises par les entreprises atteignent 2,6 milliards, selon Bercy. Les primes (rentrée scolaire, bénéficiaires du RSA, étudiants boursiers, etc.) accordées aux ménages les plus précaires représentent elles une dépense de 2 milliards d'euros.

A cela s'ajoute le report de l'entrée en vigueur de la réforme de l'assurance chômage, prévue en avril, qui va engendrer 1,6 milliard d'euros de dépenses supplémentaires cette année. Le reste correspond à des avances remboursables accordées aux PME (500 millions), à des ajustements fiscaux permettant aux entreprises de réduire leurs impôts dus cette année (400 millions), à une aide exceptionnelle aux indépendants (900 millions), ou encore à divers autres crédits (6 milliards), notamment ceux prévus dans le cadre des plans automobile et aéronautique.

Tout cela pour une gripette pas plus dangereuse qu'une grippe saisonniere.
Et ce n'est pas fini. Big Pharma escroquera encore le pactol avec un vaccin obligatoirement inefficace pour une grippe qui mute tous les 3 mois et totalement inutile pour combatre un danger imaginaire.

 
 
 

Page d'accueil