VACCIN MORTEL

Souce de ce post : CLIC

Autre constat de mensonge : CLIC

 

  • Dans cette dernière « étude », on annonce même « un vaccin efficace à 98,9 % pour prévenir la mort ». Si c’était vrai, ce serait formidable.

    Mais il ne faut pas s’arrêter à ces grands titres. Car ils reposent sur des études réalisées par des organisations en flagrant conflits d’intérêts : les autorités israéliennes et Pfizer. Pour Pfizer, si l’expérience israélienne se montre décevante, c’est un manque à gagner d’au moins 15 milliards d’euros (son chiffre d’affaires vaccinal prévu pour 2021) !Pour les autorités israéliennes, à quelques semaines des élections, il est crucial de montrer que le plan de vaccination est un succès éclatant, plutôt qu’un échec.

    Ils ont donc tout intérêt à manipuler les statistiques pour les présenter sous leur meilleur jour. N’oublions jamais cette vérité du démographe Alfred Sauvy : « Les chiffres sont des êtres fragiles qui, à force d'être torturés, finissent par avouer tout ce qu'on veut leur faire dire ».

    Donc il est urgent de regarder les faits sous un autre angle.

    Regardez ces graphiques – voyez-vous un succès éclatant ? Si le vaccin avait vraiment une efficacité aussi spectaculaire, cela devrait se voir comme le nez au milieu de la figure. Je rappelle que Israël est le pays qui a le plus largement vacciné, de très loin. La vaccination généralisée a commencé mi-décembre, il y a plus de 2 mois. Aujourd’hui, environ 90 % des plus de 70 ans ont été pleinement vaccinés, avec deux doses. Donc, la quasi-totalité des plus de 70 ans sont censés être « protégés » (depuis plus d’un mois pour la plupart). C’est important, car je rappelle que 90 % des morts de la Covid-19 ont plus de 70 ans.

    Donc si 90 % des plus de 70 ans sont vaccinés ; et si les plus de 70 ans représentent 90 % des décès... eh bien on devrait assister à une chute drastique du nombre de morts !

    Si le vaccin était efficace, on ne devrait quasiment plus avoir de morts en Israël.

    C’est mathématique : avec un vaccin soi-disant efficace à 98 % contre la mortalité, il devrait y avoir environ 80 % de moins de morts (98 % x 90 % x 90 %).
    Le problème est qu’on ne constate pas cette chute drastique du nombre de décès en Israël.

    Voici la courbe des morts de la Covid-19 en Israël, depuis le 1er décembre (je rappelle que la vaccination a commencé le 19 décembre) :

On remarque d’abord que, pendant un mois et demi après le début de la vaccination, la mortalité n’a pas arrêté d’augmenter, malgré un confinement strict tout le mois de janvier.

Puis, début février, la mortalité a enfin commencé à reculer.Mais cette diminution est-elle due aux vaccins ? Ou bien à la dynamique naturelle de l’épidémie ? 

Pour en avoir le cœur net, regardons ensemble l’évolution dans des pays qui n’ont pas ou peu vacciné, sur la même période.

Voici l’évolution du nombre de morts en Afrique du Sud (ce pays où règne le soi-disant terrible variant sud-africain) :

La mortalité chute à peu près de la même manière, au même moment.

Voici la situation en Irlande, qui a vacciné dix fois moins qu’Israël :

Ou au Portugal, qui a très peu vacciné également :

Même dynamique en Suède, qui n’a jamais confiné (et peu vacciné) :

Vous voyez à quel point les courbes se ressemblent ?
Il n’y a pas de différence évidente entre Israël et ces pays qui n’ont pas ou peu vacciné !
Et que dire des voisins d’Israël 
? 

Voici la courbe de mortalité en Palestine (sans vaccin), juste à côté d’Israël :

Et au Liban (sans vaccin non plus) :

Au Liban comme en Israël, la mortalité a augmenté en janvier… pour reculer en février. 

Il est donc très difficile d’affirmer que les vaccins sont la cause du recul de la mortalité en Israël.
Ce qui se passe aux Émirats Arabes Unis est encore plus troublant. Les Émirats sont le deuxième pays au monde à avoir vacciné massivement sa population, très loin devant le Royaume-Uni.

Les Émirats ont déjà administré 5 millions de doses, pour 10 millions d’habitants.

Et le résultat sur la mortalité est… comment dire :

La mortalité n’a pas arrêté d’augmenter depuis le lancement du programme de vaccination (le 5 janvier) ! 

Même phénomène étrange à Gibraltar, petit territoire britannique qui a vacciné encore plus massivement qu’Israël : alors qu’il n’y avait eu que 10 décès Covid au total en 2020, Gibraltar a déploré 44 morts Covid en deux semaines, en pleine campagne vaccinale.

Ce qu’on peut en conclure (prudemment) - attention : je ne dis pas que ces courbes sont une preuve, dans un sens ou dans un autre :

Je dis simplement trois choses : 

Primo, il devrait être évident pour tout le monde que le recul de la mortalité en Israël n’est pas forcément lié au vaccin – il suffit de voir tous les pays non-vaccinés où la mortalité recule au même moment et au même rythme.

Deuxio, il est au contraire très étrange qu’on n’observe pas de chute drastique de la mortalité en Israël - si le vaccin était aussi efficace qu’on le dit, cela devrait se voir clairement. Or ce n’est absolument pas le cas.

Tertio, il faut donc rester très prudent quant aux gros titres de presse, qui claironnent l’efficacité du vaccin sur la base de calculs statistiques douteux, réalisés par des gens qui ont tout intérêt à vous dire que ça marche.

Encore une fois, je ne dis pas que le vaccin ne marche pas du tout. Il doit forcément marcher un peu !

J’ai beau avoir une confiance limitée dans les essais cliniques réalisés, je n’imagine pas qu’on puisse passer de 90 % d’efficacité annoncée à 0 % !

Ce que je dis, c’est que l’efficacité de la vaccination de masse sur la mortalité n’apparaît pas du tout évidente, à ce stade.

C’était à prévoir, car on sait depuis longtemps qu’aucun vaccin ne fonctionne sur les personnes les plus fragiles de plus de 75 ans, donc les plus à risque de mourir de la Covid-19. 

Si vous ajoutez à cela les éléments suivants : 

Ces vaccins causent dix fois plus d’effets indésirables que le vaccin contre la grippe – et dans de rares cas, ils semblent tuer les personnes fragiles : est-ce une coïncidence si la doyenne de Saône et Loire (110 ans) et le doyen des Bretons (108 ans), tous les deux en bonne forme, sont morts dans les 5 jours qui ont suivi leur vaccination ? 

Les variants vont inévitablement rendre les vaccins inefficaces : les vaccins actuels ne protègent même pas contre le variant sud-africain, et de nouveaux variants échappant aux vaccins vont forcément apparaître sous l’effet de la vaccination de masse.

Du coup, cela a-t-il encore un sens de se faire vacciner, sachant que :
- avec l’immunité collective, l’épidémie aura largement disparu à la sortie de l’hiver, et le risque d’être contaminé sera donc désormais très faible
- avec de bons taux de vitamine D, et la prise d’ivermectine dès les premiers symptômes, la probabilité de survivre à l’infection est proche de 100 %, même pour les personnes à risque 
?
- je vous laisse juge, en votre âme et conscience !

PS : je préfère toujours regarder les chiffres de mortalité, car ils sont plus pertinents et moins biaisés que les taux de contaminations.
Mais si on regarde le nombre de cas positifs par habitants, la situation n’est pas glorieuse non plus pour Israël, par rapport aux autres pays déjà cités.
Saurez-vous reconnaître, en un coup d’œil, quelle courbe est celle d’Israël, qui a vacciné massivement
?

Serait-ce l’une des deux courbes qui font un pic très net, suivi d’une chute brutale des contaminations ?
Eh bien non.
Ces courbes sont celles de l’Irlande et du Portugal.
La courbe israélienne, en rouge, ressemble plutôt à celle de son voisin libanais, qui n’a pas vacciné :

Et s’il restait encore un doute, regardez la courbe des hospitalisations.
Là encore, quand on compare Israël à quelques pays de taille comparable, on ne voit pas de grosse différence dans l’évolution du nombre d’hospitalisations :

Encore une fois, si le vaccin marchait à 90 %, cela devrait se voir clairement, sur la courbe des cas, des hospitalisations et des morts !Or ce n’est pas le cas. N’y a-t-il pas quelque chose qui cloche ?

Auteur(s): Xavier Bazin pour France Soir

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.


UN PARFUM DE LANCET GATE :
L’étude israélienne
sur l’efficacité du vaccin
bute sur des
invraisemblances statistiques
Publié le 28 février 2021 par pgibertie

L’étude israélienne sur l’efficacité du vaccin bute sur des invraisemblances statistiques

Cet article rend fous un certain nombre d’adeptes de big pharma car il a été repris par France Soir et Agoravox

Je leur réponds et avec la meilleure volonté du monde , en intégrant leur démonstration je ne parviens pas à comprendre d’où viennent les 79000 plus de 70 ans non vaccinés de l’étude…

La fameuse étude publiée dans le NJEM aboutissant à démontrer que le vaccin est bien efficace à 95 % présente bien des point communs  avec les publications de la call girl du Lancet gate ( et du NJEM gate). Il y a une contradiction entre les effectifs pris en compte dans l’étude et les possibilités de la population israélienne. Ainsi le groupe des non vaccinés âgés de plus de 70 ans qui concentre tous les décès  comprendrait 78000 personnes , c’est trois fois plus que les effectifs à la disposition de l’étude . Comment ont-ils fait pour les inventer ?


CLIC

 

Les deux groupes  ne sont pas exactement représentatifs de la population , les moins de 16 ans n’apparaissent pas. Les juifs ultra orthodoxes sont plus nombreux

Les deux groupes sont issus d’une base statistique  qui compte 3159000personnes  . On peut supposer que la base ait  la même composition démographique que les groupes qui en sont issus. Ce sera notre première hypothèse .

Toutes les personnes nouvellement vaccinées au cours de la période du 20 décembre 2020 au 1er février 2021 ont été appariées à des témoins non vaccinés dans un rapport de 1pour  1 en fonction des caractéristiques démographiques et cliniques

Au final, de la base de 3 159 000 personnes ressortent deux groupes représentatif de la population :

Chaque groupe d’étude comprend 596 618 personnes, un de vaccinés et un de non vaccinés.

Pour que l’appariement répondent exactement aux même caractéristiques sociologiques, démographiques et médicales , la tâche est ardue . D’où la nécessite de piocher dans un base de plus de 3 millions de personne, plus du tiers de la population du pays .

Au début février, 90 % des personnes des plus de  70 ans avaient ainsi reçu leurs deux doses du vaccin à ARN produit par Pfizer/BioNTech

L’étude sur l’efficacité du vaccin s’appuie sur un groupe total  de 3 159 000 personnes  dont 13 % ont plus de 70 ans  soit 410 000. On peut estimer que 42 000 n’étaient toujours pas vaccinés début février .

L’étude  porte sur 78 000 non vaccinés de plus de 70 ans , 13% de 596000 ???
Comment ont-ils fait s’ils n’en avaient que 42 000 de disponibles

Ajoutons que selon l’étude 20% du groupe initial des futurs vaccinés ont été éliminés car présentant des problème de santé  juste avant la vaccination . Ils disent avoir fait de même pour les non vaccinés  avec lesquels ils y avaient appariement … S’ils l’ont fait  on tomberait à 33000 non vaccinés disponibles , sans doute moins car les problèmes de santé concernent les plus âgés.

Ils disposaient de 33000 non vaccinés de plus de 70 ans , ils en ont étudié 78 000…

Pour les plus de 80 ans, ils disposaient de  1 170 00 personnes  sur les 3 159 000 ce qui donne 12 000  non vaccinés et si on enlève les problèmes de santé on tombe à moins de 10 000…

Ils en étudient 27000, trois fois plus que les effectifs dont ils disposent

On me répondra que la base de départ de 3159000 personnes intégrait par exemple  tous les habitants  du pays  âgés de plus de 70 ans  soit 1 000 000 personnes  et 100 000 non vaccinés. Etudions cette deuxième hypothèse .

Dans ce cas on peut enlever ceux  qui ont eu des problèmes de santé de de santé avant appariement  et on retrouve  80 000 personnes disponibles pour l’étude, il en faut 80 000, ça passe …

Oui mais alors ça ne passera plus pour trouver les effectifs nécessaires  à l’étude des 20%de vaccinés  ayant entre 16 et 39 ans  . Ainsi 80000 vieux en plus c’est autant de jeunes en moins dans la base de départ.

Or pour trouver les effectifs de jeunes vaccinés nécessaires à l’étude, la base de départ doit impérativement  compter plus de 1200 000 jeunes de 16 à 35 ans soit plus de 35 % du total.

Au début février, 20 % des 16/39 ans sont vaccinés  soit 1 225 000 sur la base totale de départ si  sa composition est de même nature que les groupes ce qui donne 250 000 vaccinés disponibles pour cette tranche d’âge. Ils en étudient finalement 213 000, c’est limite mais possible mais ils auront du mal à assurer le quota de 42 000 arabes israéliens…

Pour trouver les effectifs de jeunes vaccinés nécessaires à l’étude, la base de départ doit donc impérativement ne pas comprendre de vieux en surplus.

CONCLUSIONS : Plus de la moitié, sans doute les deux tiers des plus de 70 ans non vaccinés, le groupe qui concentre les décès, sont tout bonnement des créations virtuelles …

Les magiciens de la vaccination ont répondu soit par des insultes, soit en me faisant passer pour un c .. , soit les deux .

« C’est là la grosse erreur, les personnes non vaccinés peuvent recevoir le vaccin à un moment (c’est la vraie vie) et donc on arrête l’étude à ce moment-là. Elles peuvent aussi rerentrer en tant que vaccinés ensuite »

On me rétorque qu’au début de l’étude on disposait d’un nombre suffisant de personnes âgées non vaccinées (et qui le seront après) pour les apparier avec des vaccinés. Soit, mais il fallait faire vite  car 15 jours après le début de l’étude, le vieux non vacciné était déjà une catégorie en voie de disparition. A ce moment là l’étude avait apparié 110 000 vaccinés et autant de non vaccinés (1 /4 du total) .

Merci , j’avais compris , c’est clair sur le tableau.
J’ai donc refait les calculs en intégrant les changement de groupe.

D’où sortent les 79 000 non vaccinés de plus de 70 ans observés ?

1°) - La base de 1 600 000 non vaccinée du 20 décembre pouvait fournir au maximum 15 000 non vaccinés de plus de 70 ans .
13% de 1,6millions -22% de non retenus donnent les plus de 70 ans .
Parmi eux 10 % ne se feront pas vacciner. Ce qui fait 15 000.

2°) - Les autres venaient du groupe destiné à être vaccinés, je ne l’ai jamais nié, mais combien ?  

Le groupe destiné à être vacciné dans son ensemble comprenait au grand maximum 90 000 personnes de plus de 70 ans.
On apprend que 250 000 du groupe des vaccinés ont été étudiés dans le groupe des non vaccinés avant de recevoir leur vaccination et que 86 000 ont été rétudiés comme vaccinés après avoir reçu l’injection.

Parmi eux combien avaient 70 ans et plus ?

Si la répartition par classe d’âge est respectée nous trouverons 30 000 de plus de 70 ans non vaccinés au 20 novembre mais leurs effectifs fondent chaque jour.

Et si elle ne l’est pas ?
Ils doivent tout de même garder des vieux pour les vacciner et ce dès le début .
Difficile d’aller au delà du transfert des 30 000 (sur 90 000 ) et pour une période brève.

Le diable est bien dans les détails, ce changement de statut devait s’effectuer très vite pour que l’on puisse trouver des plus de 70 ans non vaccinés dans ce groupe de 259 000 personnes ; en effet dès le début janvier 80 % des plus de 70 ans avaient déja reçu leur première piqure

Admettons pourtant que 30 000 futurs vaccinés soient suivis dans la groupe des non vaccinés.
Rajoutons les 15 000 non vaccinés disponibles dans la deuxieme base.

Nous tournons toujours à 45 000 non vaccinés de plus de 70 ans, nous sommes loin du compte.
Il manque encore 35 000 vieux non vaccinés à trouver…

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a annoncé lundi être en négociation avec les sociétés pharmaceutiques Pfizer et Moderna pour l’achat de vaccins supplémentaires.

« Dans six mois, il n’y aura plus de vaccins, mais le coronavirus pourrait se manifester à nouveau et on entre alors dans une série interminable de confinements », a-t-il expliqué à la radio militaire et à Kan reshet Bet.

« Je suis donc actuellement en négociation avec Pfizer et Moderna pour apporter des vaccins qui protègeront contre les nouvelles mutations », a-t-il déclaré.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est capture-eti.png

 

La presse française jubile : CLIC

La presse israelienne constate que l’épidémie repart : CLIC

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est capturepop-isr.png

 
 
 

Page d'accueil